La stratégie est-elle de se faire la guerre ?

,

Suite à l’annonce par le gouvernement de la loi Pacte, et particulièrement de la remontée des seuils d’obligation de nomination des commissaires aux comptes au niveau européen (voir l’article de ce blog), la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes a compris l’émotion suscitée par cette annonce chez les confrères. Afin de leur redonner espoir, la Compagnie a organisé une journée de formation sobrement intitulée « la stratégie des cabinets » en juillet 2018. Le programme était assez vague mais le titre laissait présumer une vraie belle analyse de la situation et des réponses concrètes sur les actions à mettre en œuvre afin d’anticiper la disruption à venir (à savoir, la disparition quasi complète du marché du jour au lendemain).

La déception a été à la hauteur de l’espoir suscité par cette formation, immense.

Matinée de la formation :

1/ deni sur la loi Pacte à venir, guéguerre avec les différentes instances de contrôle, et annonce d’une contre proposition au gouvernement pour, au contraire, renforcer l’audit légal obligatoire… A suivre.

Déception.

2/ demande aux participants de participer à un sondage pour savoir si : l’impact serait fort sur une activité prédominante (cata absolue), faible sur une activité prédominante (cata relative), fort sur une activité non prédominante (cata un peu moins relative), faible sur une activité non prédominante (pani problem).

3/ participation au sondage et pas d’annonces des résultats. Déception.

Pause déjeuner

Après midi de la formation :

4/ Annonce des stratégies proposées par la compagnie :

  • renforcement de l’activité par une action commerciale forte (si on trouvait des mandats de grosses boites facilement, cela se saurait…. surtout dans le cadre d’un resserrement du marché….)
  • abandon de l’activité et développement d’autres compétences, dont le conseil
  • repositionnement sur les sociétés pour lesquelles les mandats sont perdus sur l’activité ……… d’expertise comptable

Grosse déception. Attendre 5 heures pour entendre ça…

5/ table ronde avec des confrères présentant les 4 cas du point 2.

6/ questions réponses avec la salle.

A la question, « comment faire lorsqu’il y a déjà un expert comptable chez un de nos clients perdus ? ». Réponse de la Compagnie « c’est délicat ».

D’écœurement, j’ai quitté la salle. Sans avoir eu la réponse à ce fameux sondage….

Donc en gros, c’est la guerre à venir entre confrères. 90% des confrères ont la double activité Expert Comptable / Commissaire aux Comptes. La plupart du temps, c’est l’expert comptable qui recommande le Commissaire aux Comptes au client. J’espère que les confrères seront à la hauteur, et ne se laisseront pas aller à une bassesse pareille (« déshabiller Pierre pour habiller Jacques »).

A aucun moment durant la formation, il n’a été question « de stratégie océan bleu« , de stratégie nouvelle, de créativité. Le commissaire aux comptes est un professionnel de la finance compétent, déjà en place chez des clients avec qui il a un lien de confiance.  Avec un peu d’imagination, on peut proposer autre chose que de shooter l’expert comptable en place…

Bref, il est temps de prendre des vacances, de faire une pause, et de lire de bons livres de stratégies !

Comme tous les ans, nous fermons pour ré ouvrir début septembre en pleine forme. Bonnes vacances à tous.

 

 

 

La fin des CAC dans les PME

Après des années à l’évoquer, le Gouvernement a décidé de relever les seuils d’obligation de nomination des Commissaires aux Comptes (CAC) afin de les aligner sur les seuils Européens.

Pour mémoire, en France, un Commissaire aux Comptes est obligatoire si une société dépasse 2 des seuils suivants :

  • SARL : 1.550 K€ de bilan, 3.100 K€ de chiffre d’affaires et 50 salariés
  • SA : obligatoire dès la création sans condition de seuils
  • SAS : 1.000 K€ de bilan, 2.000 K€ de chiffre d’affaires et 20 salariés. Et obligatoire sans conditions de seuils si la SAS contrôle et est contrôlée par une société quelque soit sa forme juridique

Le gouvernement, pour alléger les obligations des PME, propose de remonter ces seuils à 4.000 K€ de bilan, 8.000 K€ de chiffre d’affaires et 50 salariés. L’annonce sera faite a priori le 2 mai 2018 dans le cadre de la loi PACTE. En gros, l’économie sera de 5.000 € HT par entreprise, et devrait concerner 150 à 190.000 entreprises. Economie pour les entreprises sans contrepartie d’impôt : entre 750 et 950 millions d’euros.

Sans rentrer dans le débat de l’intérêt d’avoir des seuils aussi bas (surtout dans les SAS holdings), on ne saura que plus tard si c’est la peur du gendarme ou la qualité des experts comptables qui permettait d’avoir des comptabilités présentables.

Ce qui est intéressant dans cette histoire est que :

  • Les commissaires aux comptes sentaient venir le coup depuis plus de dix ans (on m’en avait déjà parlé pendant mon stage d’expertise comptable en 2007)
  • Les deux syndicats de la profession ne s’entendant pas, aucune proposition commune n’avait été préparée (l’un des syndicats proposait une norme allégée pour les PME, pendant que l’autre répliquait « an audit is an audit »)
  • De même, un des deux syndicats n’avait pas présenté de candidats à la dernière élection de la Compagnie pour ne pas avoir à gérer l’annonce négative auprès des confrères (et de devenir « responsable » de l’échec)
  • Ce n’est qu’après l’annonce faite par Bruno Lemaire à Colmar le 22 février 2018 que la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes a commencé à préparé un argumentaire et une « campagne médiatique » (cette campagne est restée tellement confidentielle qu’aucun de nos clients n’est au courant)

Autant dire que l’affaire était pliée d’avance… La seule question qui reste en suspens est : les mandats de CAC vont ils s’arrêter dès la promulgation de la loi, ou vont ils aller au terme du mandat (pour rappel, six exercices) ? Tout le monde devine un peu la réponse à l’avance…

De notre côté, nous avons quelques mandats (essentiellement en Province) mais cette activité n’avait pas été particulièrement développée compte tenu de la forte probabilité que la remontée des seuils soit effective. D’autres confrères n’ont pas géré comme nous et vont avoir du mal à s’en remettre.

L’autre serpent de mer est la suppression de la profession réglementée d’expert comptable. La question est : combien de temps le gouvernement va nous laisser pour nous remettre de la suppression des CAC avant de récidiver ?

 

 

 

L’Ordre des Experts Comptable fête ses 70 ans !

C’est en effet le 19 Septembre 1945 qu’est né l’Ordre des Experts Comptables par Ordonnance.

Les ruines de la guerre étaient encore fumantes mais le Gouvernement Provisoire a jugé qu’il était primordial de créer un Ordre pour rétablir l’ordre. Incroyable non ? C’est tellement incroyable, que ce n’est pas vrai.

Les mauvaises langues diront que l’Ordre est en fait né pendant la seconde guerre mondiale sous le Régime de Vichy (comme la plupart des autres Ordres professionnels d’ailleurs) mais que pour les besoins de l’histoire, c’est l’Ordonnance de 1945 qui a été retenue comme date de naissance. Un petit rajeunissement qui évite de se référer à une période sombre de l’histoire….

Le Congrès de l’Ordre des Experts Comptables est donc le 70ème du genre et se tiendra du 30 Septembre au 2 Octobre au Palais des Congrès de Paris.

http://www.experts-comptables.fr/lordre-et-ses-entites/congres/70e-congres-paris-2015/70e-congres-paris-2015—2169

Si vous voulez venir observer les dernières couleurs tendances pour les vestes en velours côtelé, les derniers modèles de chaînes pour lunettes, ou les lustrines les plus sexy, n’hésitez pas, c’est un festival ! Trêves de plaisanterie, le Congrès a pour thème L’Expert Comptable Numérique. Rajeunissement de l’image, modernisation, tel est l’objet du Congrès. On revient de loin….

Les Expertes étant en zéro papier, full internet, et dématérialisation totale, nous irons vérifier si une nouveauté nous a échappé ou quelles sont les tendances d’avenir.

Quickbooks débarque en France…

Quickbooks (édité par Intuit) est le leader des logiciels de gestion aux Etats Unis pour les TPE / PME. Et Quickbooks débarque en France en septembre 2015. C’est bon ça pour nous ?

J’ai eu l’occasion d’assister à une présentation et une démonstration du logiciel Quickbooks vendredi dernier au Loft Roquette à Paris. La présentation était assurée par Philippe Barré, du groupe Pluriel, l’expert comptable qui conseille les experts comptables. Chaque fois que je le vois, je pense à la maxime de Warren Buffet « les seuls qui se sont enrichis pendant la conquête de l’Ouest sans prendre aucun risque, ce sont les vendeurs de pelles ». Philippe Barré est le vendeur de pelles de la profession des experts comptables. Alors quand il présente un logiciel, on écoute pour savoir ce que l’avenir nous réserve…

Pour en revenir à Quickbooks, c’est un logiciel de gestion en ligne (en full web). Le logiciel permet de faire des devis, d’émettre des factures, de les envoyer par mail au client, de suivre les paiements des factures, sa trésorerie quotidienne, de relancer ses clients, de prévoir les paiements de factures fournisseurs à régler, et de produire la déclaration de TVA au régime réel… Quickbooks n’est pas du tout un logiciel de comptabilité : il ne gère pas la notion de stock, ni les immobilisations, ni les écritures de bilan, ni la paye. Le logiciel s’adresse plutôt à une clientèle de TPE dans le tertaire avec une faible volumétrie à saisir. L’abonnement mensuel commencera à 15€ HT et sera proportionnel au nombre d’accès simultané demandé par le client.

L’intérêt pour un expert comptable de travailler avec un client utilisant Quickbooks, est de récupérer le travail de « saisie » faite par le client (sans qu’il ne s’en rendre compte) pour lui proposer une tenue moins chère que si l’expert faisait la saisie lui même. Avec une vigilance particulièrement accrue sur la saisie des factures fournisseurs dans le logiciel et en particulier de la récupération de la TVA.

Les deux bémols pour les clients : les données sont intégralement hébergées aux Etats Unis, et le client doit saisir son login internet et mot de passe d’accès à son compte bancaire en ligne pour que les données bancaires puissent être récupérées quotidiennement. Ca peut bloquer certains clients….

A suivre donc car a priori vu le budget publicitaire prévu, nous (les experts comptables) allons en entendre parler à la rentrée….

C’est bon ça, pour nous ?

Un soir de cette semaine, alors que je regardais tranquillement BFM TV avec les infos en boucle, je suis tombée sur la nouvelle pub pour les experts comptables.

Au moins, on peut dire qu’elle ne laisse pas indifférent. Sur le coup, j’ai eu honte…. ce que j’ai vu moi, c’est un type tétanisé sur qui fonce un autre type. Celui qui ne bouge pas ce demande ce qu’il va lui arriver. Et puis pendant 10 secondes de slow motion, le second fait un câlin à l’autre, qui du coup, est soulagé.

Ce que j’interprète donc, c’est que l’expert comptable (le type statique) se demande s’il n’a pas fait une connerie et ne va pas se faire engueuler… puis est totalement dominé par le chef d’entreprise qui l’embrasse (de remerciement il faut croire)…. Je n’ai pas compris le message.

Je viens d’aller lire l’interprétation faite par l’agence de pub qui a créé le spot : celui ci donnerait en 30 secondes une image moderne de l’expert comptable, partenaire de confiance de l’entreprise….

Et bé: moderne, un homme en costume gris… partenaire, un type tétanisé qui se demande à quelle sauce il va être mangé…. tout ça, c’est pour nous faire passer la pilule du cout du spot payé par nos cotisations…. J’espère juste ne pas être la risée de mes clients….

Allez pour se préparer :  http://www.youtube.com/watch?v=M4nlQdZX8gg

 

Read More

Le bon vieux temps est fini pour les experts comptables….

Le temps du monopole et du respect entre confrères…

  • Premier coup de semonce, un arrêt de la cour de Cassation (chambre commerciale – n°12-19356) du 10 septembre 2013 qui en vient à la conclusion que :

– un confrère peu pointilleux sur la déontologie ne peut pas être sanctionné pour concurrence déloyale (dans les faits, reprise de client sans avertir le confrère)

– démarcher par téléphone les clients d’un confrère n’est pas un acte de concurrence déloyale

Quand je pense que pendant tout le stage d’expertise comptable (3 ans), l’Ordre des Experts Comptables nous a bassiné avec le fait que le démarchage était interdit, puis après, qu’il n’était plus interdit, mais qu’il ne fallait pas en faire….. (un confrère ayant attaqué le Code de Déontologie a réussi à faire supprimer l’article du code suite à une décision de la Cour de justice de l’Union Européenne en 2012). Il y en a qui ne s’embarrasse pas trop avec les prescriptions de leur Ordre de tutelle….

L’histoire se passe à la Réunion mais la décision ouvre de belles perspectives pour les confrères francs tireurs…

  • Deuxième coup de semonce, la Commission Européenne demande à la France de justifier l’existence de ses professions réglementées selon trois critères (intérêt général, proportionnalité et suppression des barrières à l’entrée de la profession, non discrimination en fonction de la nationalité ou lieu de résidence) et d’en tirer les conclusions d’ici 2015. Les taxis ont du souci à se faire, mais les experts comptables aussi. La fin du monopole est pour 2015 il faut croire. La France fait partie des 11 pays sur 27 qui ont encore un monopole pour l’expertise comptable en Europe.

Même si l’image de l’expert comptable est excellente auprès des clients et qu’il y a peu de souci à se faire, c’est le croisement des deux informations qui est perturbant. En gros, les actuels illégaux, devenus légitimes en 2015, vont démarcher en force les clients des experts comptables en tirant les prix vers le bas. Ce sera le seul argument opposable à la technicité et savoir des experts comptables (8 ans d’étude, quand même).

Il est plus que temps d’affiner sa stratégie d’ici là : spécialisation de niche, prestations de conseil haut de gamme, travaitl sur le rapport qualité/prix, ou option pour le low cost…. Tout est permis mais il va vraiment falloir se positionner clairement pour faire face à une concurrence frontale à laquelle les experts comptables ne sont pas du tout habitués.

Read More

Une réforme pour la profession de l’expertise comptable votée à minuit…

C’est dans la nuit du 1 au 2 octobre que l’Assemblée Nationale a voté deux nouvelles mesures importantes pour la profession d’expertise comptable :

* l’ouverture totale du capital des sociétés d’expertise comptable aux tiers (donc aux non experts comptables), pour se mettre en conformité avec le droit européen. Les droits de vote restent quand à eux, pour au moins deux tiers, dans les mains des experts comptables.

* la possibilité de facturer des honoraires de succès, sauf pour la mission réglementée d’expertise comptable et pour les honoraires liées à l’assiette fiscale et sociale du client. Cela laisse quand même de grandes possibilités et notamment sur l’accompagnement à la transmission des entreprises.

Le processus législatif suivant son cours, l’application ne se fera pas avant huit mois, mais les bases sont posées.

Les banques vont elles se jeter sur les cabinets d’expertise comptable pour accéder à leur fichier clients ? Une concentration des cabinets va t-elle s’opérer ? Seul l’avenir nous le dira mais comme dirait un candidat à la présidentielle, pour les experts comptables « le changement, c’est maintenant ! ».

 

Read More

La simplification limite le business !

Alors que les premières mesures de simplification apparaissent au compte goutte dans la presse, la pilule ne passe pas pour les Commissaires aux Comptes (CAC) suite à l’annonce de la remontée des seuils d’obligation de CAC pour les SAS (seuils qui seraient alignés sur ceux de la SARL).

http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/07/31/10001-20130731ARTFIG00431-la-tres-grosse-colere-des-commissaires-aux-comptes.php

La colère ressemble, à la lecture des articles, plus à une trahison du gouvernement (qui avait du faire des promesses orales), qu’à un véritable argumentaire sur le bien fondé de maintenir l’obligation de CAC pour ces « petites » SAS.

Lorsque j’étais salariée en cabinet et que j’avais des missions de CAC dans des petites SAS ayant un expert comptable ou un comptable expérimenté, combien de fois je me suis fait la réflexion que l’apport de cette mission pour le client était vraiment nul !La redondance expert-comptable / CAC est souvent reproché par les clients qui, en gros, préféraient payer sans subir cette intervention, dans la mesure où « ils ont déjà tout donné au comptable ! ».

De loin, sans être dans la profession, on a plutôt l’impression que c’est un lobby qui râle car on lui prend une partie de son business. Comme les taxis qui râlent contre les voitures avec chauffeur qui leur font de la concurrence. Clairement, l’argumentaire n’est pas le bon ! Quel est l’intérêt du consommateur ? et quel est le risque encouru par la non présence de CAC dans les petites SAS ? Quel est l’apport de recommandations sur les risques par les CAC ?….

Il faut aussi rappeler que la directive européenne n’impose un CAC en Europe qu’en cas de dépassements de deux seuils sur trois :

Chiffre d’affaires : 40 millions € / Bilan 20 millions € / Salariés 250

Chaque pays membre peut ensuite imposer la possibilité d’un audit (qui ne serait pas obligatoire en droit européen).

La France a maintenu, sous la pression des CAC français, des seuils inférieurs :

Chiffre d’affaires : 3.1 millions € / Bilan : 1.5 million € / Salariés : 50

Alors je me pose la question, afin de donner une bonne image des auditeurs, plutôt que de défendre un pré carré à tout prix, ne vaut il pas mieux faire des propositions constructives ?

 

Read More

On prend les mêmes et on recommence….

Après des mois de tensions électorales au sein de la profession des experts comptables, le Président du Conseil Supérieur vient d’être élu. Il s’agit…. de Joseph Zorgniotti….. qui a occupé ce poste de 2009 à 2011. Tout ça pour ça !

http://www.experts-comptables.fr/

Read More

Résultat des élections de l’ordre de Paris

………. victoire d’ECF à Paris avec 19 sièges sur 30 mais victoire d’IFEC dans la majorité des départements.

La suite en mars pour l’élection du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables. Tous les élus des Conseils Régionaux vont élire leur Président…. comme les grands électeurs aux Etats Unis ! Et chaque département ayant un nombre d’élus différents, les calculatrices doivent chauffer dans les cellules syndicales….

http://www.experts-comptables.fr/csoec/Elections-Ordinales-20123

Dernières nouvelles : ECF devrait conserver la majorité au Conseil Supérieur.

http://www.actuel-expert-comptable.fr/comptabilite-fiscal-social-entreprise/organisations-professionnelles/ai-224372/elections-ecf-devrait-rester-majoritaire-au-conseil-superieur-de-l-ordre.html

Read More